ED441
Membres  Docteurs / Thèses soutenues  
Soutenance de thèse / Matthieu Somon
mise à jour : 08/11/2017
 

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Monsieur Matthieu Somon, préparée sous la direction de Madame Colette Nativel

L'histoire de Moïse au XVIIe siècle en France.
Une réinvention en images

Samedi 28 octobre 2017
à 14h à la Galerie Colbert, salle Jullian

Jury
Colette NATIVEL, Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directrice de thèse
Emmanuel BURY, Professeur à l’Université Paris-Sorbonne
Frédéric COUSINIÉ, Professeur à l’Université de Rouen
Ralph DEKONINCK, Professeur à l’Université de Louvain-la-Neuve
Christian MICHEL, Professeur ordinaire à l’Université de Lausanne

Résumé
Malgré une iconographie proliférante au XVIIe siècle en France, le prophète iconoclaste a peu attiré l’attention des historiens de l’art. À travers des études de cas menées selon une démarche attentive à la spécificité matérielle et médiale de ces images, et soucieuse de les replacer dans un contexte historique, ce travail explore leur pouvoir transformateur. Par le format de leur œuvre, le choix de l’échelle, du cadrage, de la disposition de ses éléments figuratifs et d’un moment narratif comme par l’imagination du paysage et des parerga, les artistes chrétiens réinventent l’histoire de Moïse au gré d’impératifs tour à tour formels, théologiques et politiques. Sujet de prédilection pour les prix dans les académies, l’histoire de Moïse constitue un opérateur formel identitaire et agonistique qui permet aux artistes de se distinguer de leurs pairs et des littérateurs, et suscite un rééquilibrage de l’ut pictura poesis au profit des beaux-arts dont la singularité commence d’être dégagée théoriquement dans la Kunstliteratur à partir d’images de la vie de Moïse jugées canoniques. Le système de commande prévalant alors, l’iconographie du fondateur du monothéisme juif est captée par les Églises catholique et protestante, en âpre concurrence jusqu’à l’édit de Fontainebleau. Les images destinées aux églises et couvents ou aux temples font alors de Moïse un héros biblique au service de la chrétienté dont il est l’ancêtre prestigieux. Dans des commandes de circonstance, les puissants s’approprient aussi les vertus de celui que Philon d’Alexandrie tenait pour l’archétype du roi-philosophe, du législateur, du grand-prêtre et du prophète élu pour consolider leur autorité personnelle. 

Mots-clés : Moïse, judaïsme, christianisme, iconographie, Bible, exégèse, Réforme, Contre-Réforme.

Summary : THE HISTORY OF MOSES IN 17TH CENTURY FRANCE: A RE-INVENTION IN IMAGES

So far, art historians have paid little attention to the iconography of the iconoclastic prophet, although it proliferated in 17th century France. This research explores its transformative power through a range of case studies aiming at bestowing due attention to the material and medial specificities of the images as well as to their historical context. Through the format of their works, the scale of their figurative elements, their framing and disposition, the chosen narrative moment as well as by imagining its landscapes and parerga, Christian artists reinvented the history of Moses according to formal, theological and political concerns. As a favorite subject for academic prize competitions, the history of Moses proved to be a formal and agonistic operator that allowed artists to define their identity in relation to their peers and to their literary sources as well as to literature tout court. This provoked a re-balancing of the ut pictura poesis doctrine in favor of the visual arts, whose singularity starts to be theoretically defined in the 17th century French Kunstliteratur on the base of images of Moses’ life considered as canonical. The iconography of the founder of Judaism was employed by Catholics and Protestants alike, whose ecclesiastic organizations strongly competed right up to the Edict of Fontainebleau (1685) providing a framework for which many images were commissioned. The pictures intended for churches, convents, and monasteries thus present Moses as a biblical hero in the service of Christianity, of which he was a prestigious ancestor. Occasionally, mighty private patrons tried to assume the virtues of one whom Philo of Alexandria used to consider the archetype of the king-philosopher, of the legislator, the high priest and the prophet, in order to consolidate their personal authority.

Keywords: Moses, Judaism, Christianity, iconography, Bible, exegesis, Reformation, Counter-Reformation.

 

 
mots-clés :
Temps Modernes
 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1