ED441
Membres  Docteurs  
Soutenance de thèse / Perrine Val
mise à jour : 07/05/2018
 

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Perrine Val, préparée sous la direction de Sylvie Lindeperg et de Matthias Steinle

Les relations cinématographiques entre la France et la RDA : entre exotisme et camaraderie (1946-1992)

Mardi 22 mai 2018

10h - Galerie Colbert (salle Jullian)


Jury
Mme Hélène Camarade, Professeure à l’Université Bordeaux-Montaigne
Mme Sylvie Lindeperg, Professeure à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Mme Caroline Moine, Maîtresse de conférences à l’Université de Versailles St-Quentin-en-Yvelines
M. Matthias Steinle, Maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
M. Laurent Véray, Professeur à l’Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3
M. Chris Wahl, Professeur à la Filmuniversität Babelsberg Konrad Wolf


Résumé
À travers l’étude des relations cinématographiques entre la France et la RDA, cette thèse met en lumière la manière dont le cinéma constitua un espace de rencontre entre l’Est et l’Ouest. Initiés après 1945 par des professionnels du cinéma portés par un même engagement communiste, les échanges de films entre la France et la RDA se heurtent rapidement à l’actualité géopolitique et notamment à l’absence de liens diplomatiques officiels entre les deux États. Grâce à plusieurs figures de passeurs, des collaborations singulières aboutissent néanmoins, telles que la réalisation de coproductions, la diffusion de films de la DEFA à Cannes et dans les ciné-clubs et la participation régulière de Français au festival de Leipzig. Les relations cinématographiques franco-est-allemandes dépassent souvent le cadre binational et s’étendent à d’autres horizons. La Chine de Mao et la guerre d’Algérie constituent ainsi des espaces où se croisent les regards des cinéastes français et est-allemands. Si la France et son histoire inspirent plusieurs films à la DEFA, seuls deux documentaires français s’intéressent à la RDA, avant et après Mai 1968. Ce déséquilibre s’accentue encore à partir des années 1970. La reconnaissance officielle de la RDA par la France en 1973 s’accompagne de l’institutionnalisation des relations cinématographiques, qui simplifie la circulation des films de part et d’autre du Rideau de fer en même temps qu’elle en accroît l’asymétrie. Ce n’est qu’après la chute du Mur que la France s’intéressera davantage au sort de l’ex-RDA, en produisant plusieurs films sur l’après-1989 et en mettant la DEFA à l’honneur dans le cadre de rétrospectives.

Mots-clés : Cinéma français ; DEFA ; guerre froide ; cinéma transnational ; passeurs ; relations France-RDA.
 

 
mots-clés :
cinéma
 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1