ED441
Membres  Docteurs / Thèses soutenues  
Soutenance de thèse / Marie Pierre-Bouthier
mise à jour : 14/05/2018
 

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Marie  Pierre-Bouthier, préparée sous la direction de Sylvie Lindeperg


« Pour un nouveau regard *»
Gestes  documentaires de résistanceau Maroc, des années 1960 à nos joursMercredi 27 juin 2018
14h, Salle Jullian, Galerie Colbert

 

Jury
Frédéric ABÉCASSIS, maître de conférences, École Normale Supérieure de Lyon
Agnès DEVICTOR, maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Sylvie LINDEPERG, professeure, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (directrice de thèse)
François THOMAS, professeur, Université Paris 3 Sorbonne-Nouvelle
Dork ZABUNYAN, professeur, Université Paris 8
 
Résumé
Au début des années 1960, les ambitions des cinéastes marocains pour un art décolonisé et réinventé se heurtent à un régime politique autoritaire, à un système productif rigide et contrôlé, et à une censure souvent non-dite, ambiguë et contradictoire. Cette thèse explore les stratégies développées par les documentaristes des années 1960 à nos jours pour résister à ce contexte contraint et s’y tailler une part de liberté : du détournement de commandes aux tournages clandestins, en passant par les coproductions étrangères. Pour évaluer plus précisément les capacités de nuisance de ce système, mais aussi les possibilités de le contourner, cette thèse s’appuie sur l’étude du cas d’Ahmed Bouanani (1938-2011), avec l’analyse génétique rapprochée de deux de ses documentaires, 6 et 12 (1968) et Mémoire 14 (1971). Entravés de deux manières différentes par le Centre cinématographique marocain, ces films gardent cependant des traces accusatrices de la censure subie, et véhiculent toujours un message politique subtil. Leur auteur y met surtout en œuvre une part de son projet esthétique : « affronter » la réalité marocaine passée et présente via une forme documentaire ancrée dans un patrimoine ancestral. A cet égard, l’œuvre de Bouanani est une clef : la plupart des gestes résistants étudiés dans cette thèse peuvent en effet être interprétés comme la recherche des formes et dispositifs à même de rendre compte de la réalité, de l’histoire ou du patrimoine marocains. Contre les silences du discours officiel, s’ébauche ainsi la constitution d’« un nouveau regard » cinématographique pour le Maroc indépendant.

Mots-clés : Maroc ; cinéma documentaire ; A. Bouanani ; cinéma et politique ; cinéma et mémoire ; cinéma post-colonial ; cinéma indépendant ; tournage documentaire ; résistance ; cinéma et patrimoine ; autoritarisme ; années de plomb/Maroc.
 

* « Pour un nouveau regard. » Dans La Septième porte, une histoire du cinéma au Maroc, de 1907 à 1986 d’Ahmed Bouanani. Rabat : à paraître aux éditions Kulte, 2018.

 
mots-clés :
cinéma
 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1