ED441
Membres  Docteurs / Thèses soutenues  
Soutenance de thèse / Cybill Whalley / Des Ténèbres à la Gloire : peindre la montagne en Grande-Bretagne (1747-1867)
mise à jour : 13/11/2018
 

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Mme Cybill Whalley, préparée sous la direction de M. Pierre Wat


Des Ténèbres à la Gloire : peindre la montagne en Grande-Bretagne (1747-1867)

Jeudi 22 Novembre 2018 à 9h00

  salle 216, Centre Panthéon
12, pl. du Panthéon, 75005 Paris


Jury
Mme Claire Barbillon, Professeur à l’Université de Poitiers et directrice de l’École du Louvre
M. Guillaume Faroult, Conservateur en chef au musée du Louvre en charge des peintures françaises XVIIIe siècle et des peintures britanniques et américaines
M. François-René Martin, Professeur (H.D.R.) et directeur de recherche à l’ÉNSBA
M. Emmanuel Pernoud, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
M. Pierre Wat, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse

 
Résumé
Jusqu’à la seconde moitié du XVIIIe siècle, les territoires montagneux de Grande-Bretagne sont inconnus pour la majorité de la population. Pourtant, les territoires du Lake District en Angleterre, du Snowdonia au pays du Galles et des Highlands d’Écosse font partie de l’essor de la peinture de paysage en Grande-Bretagne entre les XVIIIe et XIXe siècles. L’observation des artistes portée aux montagnes du nord profite à l’imagination à travers deux notions majeures : la beauté pittoresque et le sublime. En effet, la promenade dans le jardin anglais s’ouvre au Home Tour en terres montagneuses. D’une immensité suscitant la terreur en souvenir du Déluge, la montagne en tant que symbole de l’insularité fait appel au réenchantement grâce au travail des artistes, des poètes et des voyageurs. Les aquarellistes observent les montagnes britanniques et font de ces territoires des ateliers en plein air. Cependant les vues héritées de la topographie poussent à une reconstruction de la composition où les montagnes deviennent de plus en plus présentes dans les arts visuels jusqu’à engendrer un chaos synonyme de l’union romantique.

Depuis la fin du XVIIIe siècle, les territoires montagneux de Grande-Bretagne nourrissent le mythe du caractère britannique (Britishness). Les montagnes deviennent ainsi le symbole de l’origine développé en parallèle de la modernité industrielle. La pacification des Highlands à partir de 1747 encourage l’étude des vestiges du passé où les montagnes sont les ruines naturelles. Cette recherche de l’origine incite aussi à partir des années 1820-1830 le développement des identités nationales en Écosse et au pays de Galles au sein de la Grande-Bretagne. Ces identités tentent de mettre fin à l’anglicisation en revendiquant leurs spécificités culturelles et se réapproprient la montagne en tant que symbole national.

Mots-clés
montagnes ; Lake District ; pays de Galles ; Écosse ; identité nationale ; pittoresque ; sublime ; Home Tour ; observation ; aquarelle ; barde ; topographie ; divin ; primitivisme
 

 
mots-clés :
art contemporain
 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1