ED441
Membres  Docteurs / Thèses soutenues  
Soutenance de thèse / Gaël Peton / Une renaissance contrariée. La politique publique du cinéma au tournant de la Veme République (1956-1965)
mise à jour : 12/11/2018
 

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Gaël Péton, préparée sous la direction de Sylvie Lindeperg et de Dimitri Vezyroglou

Une renaissance contrariée. La politique publique du cinéma au tournant de la Veme République (1956-1965)

9 novembre 2018

9h, salle Vasari, Galerie Colbert

 

Jury
Mme Roxane HAMERY, maître de conférences, Université Rennes 2
M. Laurent LE FORESTIER, professeur, Université de Lausanne
Mme Sylvie LINDEPERG, professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
M. Laurent MARTIN, professeur, Université Sorbonne-Nouvelle Paris 3
M. Dimitri VEZYROGLOU, maître de conférences, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
 
Résumé
L'avènement de la Veme République est généralement considéré comme un aboutissement pour la politique publique du cinéma. Le rattachement du Centre national de la cinématographie au ministère des Affaires culturelles, après douze années de tutelle de l'Industrie et du Commerce, ainsi que l'amplification de mesures sélectives basées sur l'appréciation qualitative marquent en effet un tournant dans la légitimation par l'État du cinéma comme art à part entière. Les nombreuses récompenses obtenues par la cinématographie française dans les compétitions internationales couronnent l'effort de l'action publique en ce sens. Les modalités d'encouragement à la production, telles qu'elles sont configurées par André Malraux et son administration dès 1960, sont pourtant loin de faire l'unanimité. Les réalisateurs de la Nouvelle Vague provenant des Cahiers du cinéma n'approuvent pas cette politique dont le principe moteur est le soutien à la diversité, leur préférence allant plutôt à l'exclusivité de l'innovation esthétique. Au même moment, certaines contraintes relatives à la réglementation de l'activité cinématographique et à l'exercice de la censure donnent à l'initiative du pouvoir gaulliste un caractère autoritaire tout à fait dépréciatif. La contestation de 1968 qui anime ce secteur est alors perçue par ce groupe de protagonistes restreint mais très influent comme une opportunité de taille pour corriger la politique de la qualité admise au début de la décennie par les pouvoirs publics.

Mots-clés : histoire des politiques culturelles ; aides au cinéma ; naissance de la Veme République ; pouvoir gaulliste ; planification culturelle ; enquête sur les publics
 

 
mots-clés :
cinéma
 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1