ED441
Membres  Docteurs / Thèses soutenues  
Soutenance de thèse / Lilie Fauriac / Les Moyen Age de Gustave Moreau (1826-1898) : traces, fragmentations et réinventions
mise à jour : 15/11/2019
 

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Lilie Fauriac, préparée sous la direction de M. Pierre Wat, Professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Les Moyen Age de Gustave Moreau (1826-1898) : traces, fragmentations et réinventions

14 novembre 2019
14h00, Salle 216, Centre Panthéon (12, pl. du Panthéon, 75005 Paris)



Jury
François-René Martin, professeur, Ecole du Louvre, rapporteur
Ségolène Le Men, professeur émérite, Paris Nanterre, rapporteur
Bertrand Tillier, professeur, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, examinateur
Marie-Cécile Forest, Directrice du musée G. Moreau, expert
Pierre Wat, professeur, Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la thèse

Résumé
L’univers médiéval a donné naissance à de nombreux discours et images au cours de la période contemporaine. Ce renouveau devient, tout particulièrement au XIXe siècle, une période charnière dans la construction d’un nouveau rapport aux arts du passé. Ce travail propose d’éclairer cet aspect à l’aune de l’œuvre de Gustave Moreau dont la carrière traverse le XIXe siècle et semble très perméable aux intérêts historiques, artistiques et littéraires de son temps. À la fois critiqué et célébré, Gustave Moreau est une figure majeure de la seconde moitié du siècle, observé pour sa proposition inédite de l’art.
Cette étude repose sur un vaste corpus composé de l’ensemble des fonds du musée Gustave Moreau. L’artiste conservait en effet au sein de son hôtel particulier les images et les récits d’un monde médiéval réhabilité et revisité par son époque. Cette réflexion s’articule ainsi en trois temps d’étude et a pour objectif d’exposer la réception, la fragmentation et la réinvention des arts médiévaux par Moreau. Le peintre ambitionne, par l’étude de ses contemporains, de sa vaste bibliothèque personnelle, des reproductions du Moyen Âge, de restituer les arts médiévaux, et par eux, les origines de l’art et du catholicisme. Éprouvant l’envie de vivre en artisan, Moreau propose des images inédites d’un monde médiéval oriental et occidental et poétise ainsi son temps à la lueur de son imaginaire. Sans érudition particulière, l’artiste entrelace les légendes, pare ses toiles de broderies décoratives et rêve le passé en contrepoint d’une période qui le tourmente.

Mots-clés : Moyen Âge, réception, fragmentation, rêve, éclectisme, imaginaire, symbolisme, ailleurs
 
 

 
mots-clés :
art contemporain
 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1