ED441
Membres  Docteurs / Thèses soutenues  
Soutenance de thèse / Isabella Seniuta / Histoire du EYE CLUB. Les valeurs de la photographie (Paris-New York, 1960-1989)
mise à jour : 03/06/2020
 

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Madame Isabella Seniuta, préparée sous la direction de M. Michel Poivert, professeur à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
 

Histoire du EYE CLUB.

Les valeurs de la photographie (Paris-New York, 1960-1989)

le 26 mai 2020

14h00


Visioconférence ZOOM Paris 1

 

Adresse de connexion :

https://zoom.univ-paris1.fr/j/95111492759?pwd=Q25md1dsUFZxRXVacTNSQTc5YWpTZz09

Mot de passe : 425308

 

Jury
Laurenace Bertrand Dorléac, Professeur, Sciences Po Paris
Nathalie Delbard, Professeur, Université de Lille, rapporteure
Jean Kempf, Professeur, Université Lyon 2, rapporteur
Michel Poivert, Professeur, Paris 1, directeur de la thèse
Quentin Bajac, expert, Directeur du Jeu de Paume, Paris

La soutenance est publique, l’administrateur de la séance est le directeur de la thèse.
La doctorante, le jury et le public sont admis au sein de la salle virtuelle.

Consignes pour le public : les microphones et les cameras doivent rester fermés.

Résumé
Cette thèse s’interroge sur l’invention d’une formule : The Eye Club. Inventée par l’historienne américaine Eugenia Parry, elle désigne un regroupement actif dans les années 1960-1990 composé de : Pierre Apraxine, Hugues Autexier, François Braunschweig, Françoise Heilbrun,André Jammes, Gérard Lévy, Harry Lunn, Philippe Néagu, Alain Paviot, Richard Pare, Sam Wagstaff et Robert Mapplethorpe. Ces douze figures vivent entre la France et les États-Unis et sont rattachées par plusieurs facteurs culturels et temporels. Ce « club » n’est pas à proprement parler un cercle de sociabilités, c’est une constellation, une nébuleuse faite de positionnements culturels épars et de projets artistiques divers. La question principale qui a guidé cette enquête est la suivante : en quoi ce Eye Club et ses acteurs, pris individuellement, ont-t-ils contribué à réévaluer la valeur commerciale, esthétique et institutionnelle, de la photographie dans les années 1960-1990 entre Paris et New York ? La chronologie démarre avec les engagements d’André Jammes dans le monde de la photographie au tournant des années 1960 et se termine en 1989, l’année de la mort de Mapplethorpe. L’enquête réalisée dans les archives et auprès des acteurs a fait émerger des noms connus, et d’autres, qui sont demeurés dans les coulisses de l’histoire. Cette étude se propose de lever le voile sur un réseau interdépendant d’acteurs, dont les intérêts communs pour la photographie ont permis de créer le marché de la photographie, tel que nous le connaissons aujourd’hui, et son institutionnalisation.

Le premier volume de la thèse propose, dans une perspective transatlantique, une réflexion sur ce regroupement à partir des images et des correspondances. Le second volume rassemble vingt-quatre entretiens réalisés au cours des cinq années de recherche. D’abord avec les figures du Eye Club (Pierre Apraxine, Françoise Heilbrun, Richard Pare et Alain Paviot), puis avec les familles des acteurs du Eye Club et enfin avec divers personnalités du monde photographique (Frish Brandt,
Peter Bunnell, Denis Canguilhem, Sylviane De Decker, Viviane Esders, Patrick Faigenbaum,
Philippe Garner, Maria Morris Hambourg, Susan Kismaric, Hans Peter Kraus Jr., Harold Jones, Baudoin Lebon, Eugenia Parry, Françoise Reynaud, Samia Saouma et Daniel Wolf). Ensemble, les deux volumes esquissent une histoire de rencontres entre des passionnés de photographie qui s’est principalement articulée sous une forme orale entre la France et les États-Unis dans les années 1960-1980.
 

Mots clés : Photographie (histoire de la) / Échanges transatlantiques / Marché (de l’art et de la photographie) / Collectionneurs / Expositions/ XIXe siècle ; XXe siècle

Abstract
This thesis questions the invention of a phrase : The Eye Club. Invented by the American historian Eugenia Parry, it has been designating a grouping active in the 1960s-1980s composed of : Pierre Apraxine, Hugues Autexier, François Braunschweig, Françoise Heilbrun, André Jammes, Gérard Lévy, Harry Lunn, Philippe Néagu, Alain Paviot, Richard Pare, Sam Wagstaff and Robert Mapplethorpe. These twelve characters lived between France and the United States and are connected and related by several cultural and temporal factors. This grouping is not, strictly speaking, a circle of sociability, it is rather a constellation or a nebula made of scattered cultural positions and diverse artistic projects. The main question that guided this survey is the following: in what way does the Eye Club and its individual actors contributed to the re-evaluation of the commercial, aesthetic and institutional value of photography between the early 1960s and the late 1990s among Paris and New York ? The chronology begins with André Jammes' involvement in the world of photography and ends in 1989, the year of Mapplethorpe's death. An inquiry of archives and key players has brought to light some well-known names, and others that remained in the shadow of history. This study aims at unveiling an interdependent network of actors, whose common interests in photography have made it possible to establish, in one generation, the photography market as we know it today.

The first volume of the thesis offers, from a transatlantic perspective; an investigation and analysis of this based on photographs and correspondences. The second volume brings together twenty-four interviews conducted over my five years of doctoral research. First with the main protagonists of The Eye Club (Pierre Apraxine, Françoise Heilbrun, Richard Pare and Alain Paviot), then with the families of The Eye Club and finally with various personalities from the world of photography (Frish Brandt, Peter Bunnell, Denis Canguilhem, Sylviane De Decker, Viviane Esders, Patrick Faigenbaum, Philippe Garner, Maria Morris Hamburg, Susan Kismaric, Hans Peter Kraus Jr, Harold Jones, Baudoin Lebon, Eugenia Parry, Françoise Reynaud, Samia Saouma and Daniel
Wolf). Together, the two volumes sketch a history of encounters between photography enthusiasts that has, up to now, been mainly articulated in oral form between France and the United States in the 1960s and 1980s.
 

Key words : Photography (history of) / Transatlantic exchanges / Art Market /
Photography market / Museums / Collections / Exhibitions/ 19th century / 20th century
Patti Smith, Robert Mapplethorpe, 1978,
Courtesy of
 


 

 
mots-clés :
photographie
 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1