ED441
Membres  Docteurs / Thèses soutenues  
Soutenance de thèse / Antoine Garrault / L’expérience comme art. Résurgences du pragmatisme dans les arts aux États-Unis, 1965-1973
mise à jour : 06/07/2020
 

L’ED 441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de M. Antoine Garrault (dans la limite de 10 personnes - contexte Covid 19), préparée sous la direction de M. Philippe Dagen

L’expérience comme art. Résurgences du pragmatisme dans les arts aux États-Unis, 1965-1973

Samedi 4 juillet 2020 à 14h

Galerie Colbert - Salle Jullian - 2, rue Vivienne - Paris 2e

 

Jury
M. Philippe DAGEN, Professeur des Universités, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de la thèse
M. Éric DE CHASSEY, Professeur des Universités, École normale supérieure de Lyon
Mme Larisa DRYANSKY, Maître de conférences, Sorbonne Université
Mme Evelyne TOUSSAINT, Professeur des Universités, Université Toulouse Jean Jaurès, Rapporteur
M. Erik VERHAGEN, Professeur des Universités, Université Polytechnique Hauts-de-France, Rapporteur

Résumé
Les années soixante américaines voient naître un vaste mouvement d’expérimentation qui gagne le champ entier des arts et remet en question la plupart des certitudes sur lesquelles reposait l’activité artistique. Pour la génération d’artistes qu’on voit émerger alors, l’œuvre d’art doit par tous les moyens être restituée au monde de l’action et des relations, sans y perdre sa spécificité et sans jamais reconstituer les divisions qui en faisaient un objet isolé. Une attitude apparemment nouvelle se fait jour qui substitue à l’entreprise critique du modernisme une pragmatique complexe, indépendante vis-à-vis des distinctions spécifiques qui structurent le système des arts.
Si les transformations qu’elle suscite dans le champ de l’art sont inédites, cette attitude apparut cependant familière aux yeux de plusieurs observateurs attentifs : c’est elle en effet qui faisait déjà la spécificité du pragmatisme au moment de son apparition dans le champ philosophique. Ne demandez pas ce que sont les idées, et tâchez d’observer plutôt ce qu’elles font, disaient les philosophes ; ne demandez pas ce qu’est une œuvre d’art ; voyez plutôt ce qu’elle fait, réclament à leur tour les artistes. Une philosophie réputée étrangère par nature aux objets et aux activités artistiques fournit ainsi le modèle opérationnel d’un art qui prend d’un coup la forme d’une activité sauvagement spéculative, et s’empare des tâches qui incombaient jusqu’ici à la philosophie : inventer la cohérence du monde, énoncer l’identité entre la pensée et l’être, inventer de nouvelles manières d’avoir des idées, etc.
Dans cette espèce de chassé-croisé, ce qui faisait le propre de la philosophie devient le propre de l’art ; inversement, au moment où l’art prend la forme d’une activité philosophique, la philosophie elle-même apparaît en retour comme activité de construction et méthode générale de création.

Mots-clés : Pragmatisme ; États-Unis ; Années soixante ; Art et Philosophie ; Minimalisme ; Post-minimalisme ; Process art ; Art Conceptuel ; Earth Art ; Performance ; Horizontalité ; Problème ; Situation ; Méthode ; Perspectivisme ; Cartographie ; Mesure ; Échelle ; Labyrinthe

 

 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1