ED441
Membres  Docteurs / Thèses soutenues  
Soutenance de thèse / Elodie Baillot / Réseaux de collectionneurs et enjeux de patrimonialisation en Europe au XIXe siècle : le baron Davillier, le comte de Valencia de Don Juan et Lady Schreiber
mise à jour : 23/11/2020
 

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Madame Elodie BAILLOT, préparée sous la direction de Monsieur Dominique POULOT

Réseaux de collectionneurs et enjeux de patrimonialisation en Europe au XIXe siècle : le baron Davillier, le comte de Valencia de Don Juan et Lady Schreiber

Samedi 21 novembre 2020 à 9h00
Visioconférence

 

Jury
M. Francisco Javier ARNALDO ALCUBILLA, Professeur d’histoire de l’art contemporain, Universidad Complutense de Madrid
M. Jonathan CONLIN, Professeur d’histoire contemporaine, Southampton University, Rapporteur
Mme Suzanne HIGGOTT, Conservatrice, The Wallace Collection
Mme Sophie RAUX, Professeure d’histoire de l’art moderne, Université Lumière Lyon 2, LARHRA UMR 5190, Rapporteure
Mme Mercedes VOLAIT, Directrice de recherche, CNRS, Laboratoire InVisu (USR 3103)

Résumé
Cette thèse étudie le potentiel créateur de l’interaction entre plusieurs collectionneurs et se fonde sur la volonté d’éclairer la manière de faire collection du baron Charles Davillier (1823-1883), de Lady Charlotte Schreiber (1812-1895) et de Juan Crooke y Navarrot, comte de Valencia de Don Juan (1829-1904). Envisagée sous l’angle de la carrière, l’étude de leurs activités de collectionneurs montre qu’ils définissent des pratiques marchandes, savantes et patrimoniales. Réclamer un statut de créateur pour le collectionneur suppose de revendiquer sa qualité d’auteur, ambition à laquelle se prêtent particulièrement les trois protagonistes de cet essai. Davillier, Schreiber et Valencia de Don Juan permettent en effet d’envisager le lien étroit entre collectionnisme et expertise à l’époque de l’institutionnalisation de l’histoire de l’art en Europe. La méthode relationnelle qui a été plébiscitée à travers l’étude de réseaux d’influence restitue leur rôle de premier plan dans l’histoire du collectionnisme européen de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle est également effective pour rendre compte d’un certain nombre de phénomènes façonnés par leurs pratiques de la collection comme la naissance d’un contexte d’émulation et d’un marché des arts décoratifs espagnols, de leur historiographie et de leur patrimonialisation. La réunion de leurs intérêts en Espagne au début des années 1870 permet de mieux saisir la mise en œuvre d’un processus d’esthétisation de la consommation des arts décoratifs espagnols et de l’histoire de leur création culturelle.

Mots-clés : collectionneurs ; arts décoratifs espagnols ; céramique ; réseaux ; musées ; pat

 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1