ED441
Membres  Docteurs / Thèses soutenues  
Soutenance de thèse / Colette Morel / Balthus et la photographie : enjeux d’une liaison méconnue (1935-2001)
mise à jour : 15/06/2021
 

L’ED 441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Madame Colette Morel préparée sous la direction de Monsieur Michel Poivert

Balthus et la photographie : enjeux d’une liaison méconnue (1935-2001)

Le 14 juin à 9h30 à la Galerie Colbert

2, rue Vivienne - Paris 2e - Salle Perrot (2e étage)*

Jury
Anne-Claude AMBROISE-RENDU, professeure, Université de Versailles St Quentin
Dominique DE FONT-RÉAULX, conservatrice générale du Patrimoine, Musée du Louvre
Michel POIVERT, professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Gisèle SAPIRO, directrice d’études
Frédérique TOUDOIRE-SURLAPIERRE, professeure, Université de Limoges
Pierre WAT, professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Résumé
Entre les cartes postales glanées en 1935 et les milliers de polaroids réalisés dans les années 1990, Balthus a entretenu une longue relation à la photographie. Désavouées par le peintre et invisibles de son vivant, les images photographiques ont habité son processus créatif, au point que les quarante dernières années de son œuvre leur soient indissociables. Ce travail propose d’établir le catalogue raisonné de sa production photographique, regroupant quelque trois mille sept cents images déposées dans le Fonds Balthus. En restant attentif aux modes de productions de ces clichés, à leurs usages et leurs discours, le premier volet de cette étude établit la place de la photographie dans un œuvre tourné vers la peinture. Le second volet déplace cet angle iconographique vers l’étude des réceptions. Douze ans après la mort de Balthus, la révélation de ses polaroids a suscité une série de rétrospectives, invitant à penser l’expographie balthusienne. En remontant à la première exposition de Balthus en 1934, elle permet d’observer l’évolution des regards sur les représentations du corps des petites filles sur plus de quatre-vingts ans. Qu’elles soient picturales ou photographiques, ces images ne s’exposent plus sans difficulté. En 2014, un accrochage des polaroids est annulé en Allemagne ; trois ans plus tard, une pétition interroge les dispositifs de médiation autour de Thérèse rêvant aux États-Unis. Intervenu dans le sillage du mouvement #MeToo, ce dernier événement a achevé de faire de l’œuvre de Balthus l’un des exemples du débat d’idées sur la liberté de création et l’exception artistique en matière d’imagerie délictueuse, où la photographie joue le rôle de révélateur.

Mots-clés : Balthus ; histoire de la photographie ; peinture et photographie ; processus créatif ; histoire culturelle ; histoire des expositions ; liberté de création

* La soutenance pourra accueillir un public limité à la Galerie Colbert, une retransmission via Zoom permettra aussi d’y assister à distance. Pour recevoir le lien ou assister physiquement à la soutenance, il faut s’inscrire auprès de Colette Morel : colette.jeanne.morel@gmail.com

 
mots-clés :
photographie —  art contemporain
 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1