ED441
Membres  Docteurs / Thèses soutenues  
Soutenance de thèse / Marie Auger / Expérimentations photographiques tridimensionnelles et spatialisées : de l’intermédium au post-médium (1960-2020)
mise à jour : 17/11/2021
 

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse de Madame Marie Auger, préparée sous la direction de M. Michel Poivert :

Expérimentations photographiques tridimensionnelles et spatialisées :
de l’intermédium au post-médium (1960-2020)

10 novembre 2021

9h30, Galerie Colbert, salle Vasari


Jury
Nathalie DELBARD, Professeure, Université de Lille (Pré-rapportrice)
Guillaume LE GALL, Professeur, Université de Lorraine (Pré-rapporteur)
Valérie MAVRIDORAKIS, Professeure, Sorbonne Université
Michel POIVERT, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (Directeur)
Alexander STREITBERGER, Professeur, Université catholique de Louvain

Résumé
Depuis la fin des années 2000, la création contemporaine est traversée par une tendance à la mise en espace de l’image photographique. Les praticiens transfèrent cette dernière sur une grande variété de supports ou bien utilisent ses données spatiales afin de réaliser des œuvres entre objet, sculpture, environnement et installation. Difficilement labélisables, leurs productions peinent encore à trouver leur place au sein d’une historiographie à la croisée de la photographie et de l’art contemporain. Bien trop souvent maintenues dans la comparaison séculaire entre photographie et sculpture, ou bien associées à la catégorie attrape-tout de mixed media, elles n’ont pas encore révélé tout leur potentiel critique. Aujourd’hui, il importe de leur offrir un autre cadrage historique et théorique afin de mieux conceptualiser les enjeux associés au photographique. C’est là toute l’ambition de notre thèse. Profitant des apports méthodologiques récents de l’histoire des expositions et de la microhistoire globale, il s’agira de retracer l’évolution des expérimentations photographiques tridimensionnelles et spatialisées sur près d’un demi-siècle. Depuis leurs premières manifestations massives aux États-Unis et en Europe en pleine guerre froide, jusqu’à leur recrudescence à l’échelle internationale dans le contexte d’un art contemporain globalisé, nous reviendrons sur les temps forts d’un phénomène interrogeant, in fine, le dogme moderniste de la spécificité du médium sous un jour à la fois esthétique, technique et sociopolitique. En commençant par l’étude de cinq expositions américaines emblématiques partiellement oubliées, en poursuivant avec un contre-point polonais, puis en ouvrant sur la réactualisation du phénomène à l’international dans les années 2010, nous mettrons en évidence plusieurs points saillants : l’ampleur géographique, l’importance culturelle ainsi que les conditions de possibilité de ces productions hybrides mais aussi et surtout, la façon dont leur monstration participe d’un débat renouvelé concernant le dialogue entre les arts.  

Mots-clés : Photographie ; sculpture ; photosculpture ; 3D ; modélisation ; tridimensionnel ; espace ; exposition ; globalisation ; microhistoire ; histoire culturelle ; postmodernisme ; interdisciplinarité ; intermédium ; postmédium ; expérimental ; guerre froide ; art contemporain ; art minimal ; art conceptuel ; matérialité ; pédagogie ; savoir-faire ; numérique.  

 

 
mots-clés :
photographie
 

ED 441, École Doctorale d'Histoire de l'art — Institut National d'Histoire de l'Art, 2 rue Vivienne, 75002 Paris — email / tel.: +33 (0)1 47 03 84 44

contacts | © & mentions légales | admin

Antiquite romaine renaissance temps modernes art contemporain architecture patrimoine et musées cinéma photographie conservation et restauration ed441 Paris1