Membres   Docteurs / Thèses soutenues   
Soutenance de thèse / Aurore Montesi / Voir, Imaginer, penser. Représentation iconographique et littéraire de Chambord (1750-1898)
mise à jour : 2021-02-03
 

L’ED441 a le plaisir de vous inviter à la soutenance de thèse d’Aurore Montesi, préparée sous la direction de Pierre Wat et Florence Fix

VOIR, IMAGINER, PENSER.
Représentation iconographique et littéraire de Chambord (1750-1898)

Mardi 2 février 2021 à 14h00

Soutenance par visio-conférence

 

Jury
M. Philippe ANTOINE, Professeur, Université Clermont Auvergne, Rapporteur
Mme Claire BARBILLON, Professeur, Université de Poitiers, Directrice de l’École du Louvre
Mme Florence FIX, Professeur, Université de Rouen Normandie, Directrice de thèse
M. Jean-Philippe GARRIC, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
M. François-René MARTIN, Professeur, École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, Directeur de la recherche à l’École du Louvre, Rapporteur
M. Pierre WAT, Professeur, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Directeur de thèse

 
Résumé
« Imagine-toi, mon cher Paul, que depuis que j’ai vu Chambord, je vais demandant à chacun : Avez-vous vu Chambord ? […] », écrit Victor Hugo à P. Foucher en 1825. L’enthousiasme de l’écrivain est révélateur du pouvoir d’attraction que le château de François Ier exerce encore sur ses visiteurs trois siècles après sa construction ; pourtant, si de nombreux contemporains ont vu Chambord, tous n’ont pas vu le même château. Sa silhouette évocatrice et familière le rattache aux palais royaux et aux demeures féeriques qui hantent l’imaginaire collectif, mais il se singularise par son isolement géographique, son inoccupation presque continue, la difficulté à l’identifier à un propriétaire autant qu’à un événement historique majeur. Cette superposition d’absences mises en tension avec une forme de permanence défie la logique selon laquelle un monument, pour subsister, doit être plein. Château vide mais persistant, Chambord se présente comme une énigme et donne matière à de nombreuses représentations iconographiques et littéraires que cette thèse se propose d’interroger. Comme un pas de côté vis-à-vis de l’approche historiographique traditionnelle, en quête d’une clé de lecture unique grâce à laquelle révéler la cohérence cachée de l’édifice, nous postulons un château façonné par une multiplicité d’interprétations, jamais explorées à ce jour. Notre étude s’empare de tous ces discours dans leur diversité afin d’éclairer le long processus par lequel Chambord, de domaine royal, est devenu objet de patrimoine. Une approche d’ensemble de ces projections permettra également de mesurer l’évolution des consciences et des idéologies d’un siècle dans son rapport brûlant à l’Ancien Régime.

Mots-clés : Chambord, château, François Ier, Ancien Régime, XVIe et XIXe siècles, patrimoine, arts et littérature


Abstract
In 1825, Victor Hugo writes to P. Foucher: “Can you imagine, dear Paul, that ever since I saw Chambord, I have been asking anyone and everyone: Have you seen Chambord?” The writer's enthusiasm shows the power of attraction that Francis the First's castle still exerts on its visitors, three centuries after its construction. While many contemporaries have seen Chambord, not all of them have seen the same castle. The evocative and familiar silhouette links it to the royal palaces and fairy-tale mansions that haunt the collective imagination but it stands out because of its geographical isolation; its almost continuous inoccupation and the difficulty of identifying it with an owner or a major historical event. This superimposition of absences, put in tension with a form of permanence, defies the logic according to which a monument must be full to subsist. An empty but persistent castle, Chambord presents itself as an enigma and is the subject of numerous iconographic and literary representations that the present thesis proposes to question. Stepping aside from the traditional historiographical approach in search for a unique key to reading the building and revealing its hidden coherence, we postulate a castle shaped by a multiplicity of interpretations, never explored to date. Our study takes up all these discourses in their diversity in order to shed light on the long process by which Chambord went from royal domain to an object of heritage. An overall approach to these projections will also allow to measure the evolution of the minds and ideologies of a century in its tense relationship to the Ancien Régime.


Keywords : Chambord, castle, Francis the First, Ancien Régime, 16th and 19th centuries, heritage, Arts and Literature.

 

 
mots-clés :
art contemporain